was successfully added to your cart.
Category

Inclassable

Elon Musk : D’être biologique à être digital

By | Divertissement, Inclassable

Elon Musk, l’entrepreneur-ingénieur et milliardaire de génie est passé dans le podcast Joe Rogan Experience au début du mois de septembre dernier. Il s’y est illustré notamment pour avoir tiré une bouffée sur un joint allumé, en toute légalité, par le présentateur Joe Rogan. Ceci vraisemblablement plus pour créer un buzz qu’autre chose, cependant ce n’est pas le sujet de cet article.

Ol’Musky

Il faut savoir que Elon Musk est un des pionnier de la recherche en matière d’intelligence artificielle et de neurotechnologie. Sa société Neuralink est dédiée au développement de composant électroniques pouvant mettre en interface le cerveau et l’informatique. L’une des ambitions de Neuralink est de relier l’intelligence humaine à l’intelligence artificielle, un projet passionnant pour certains, inquiétant pour d’autres.

« Uploader la conscience sur Internet »

D’après Elon Musk, nos smartphones sont déjà une extension de nous même. Ils nous rendent capable d’accéder aux connaissances en quelques tapotements, nous permettent d’effectuer des opérations mathématiques très complexes à l’aide d’applications. Leur mémoire est parfaite, pouvant enregistrer des heures de d’images, de sons, de vidéos. Et d’ajouter que le pourcentage d’intelligence non-humaine augmente en permanence, faisant référence à l’IA (intelligence artificielle).

Le smartphone est déjà une extension de l’humain, nous sommes déjà des cyborgs…

Il va plus loin, élaborant ensuite sur la probabilité qu’avec le temps l’intelligence biologique (notre cerveau) et l’intelligence digitale (informatique) vont se rapprocher de plus en plus, probablement jusqu’au point de fusionner, il utilise l’expression « to merge with AI » : littéralement fusionner avec l’IA. Un scénario digne des meilleures nouvelles de science-fiction de Philip K. Dick! Le grand défi de ce domaine consiste à augmenter le taux de transfert de données qui est actuellement très lent entre les deux types d’intelligences.
Si on reprend l’exemple des smartphone en tant qu’extension de l’être humain, on a déjà tous ressenti que nos pouces ne transmettaient pas nos pensées suffisamment vite au travers de l’écran de nos smartphone. La reconnaissance vocale couplée à l’intelligence artificielle, Siri de Apple, ou Alexa de Amazon, Google Assistant, par exemple permettent déjà d’accélérer l’échange d’information entre l’humain et l’informatique.

Les IA sont déjà dans nos maisons

Musk compare ce taux de transfert très lent à une petite paille que nous utilisons pour tirer de l’information depuis Internet à travers nos téléphones. « We need to make that tiny straw a giant river! » : Nous devons faire de cette petite paille une énorme rivière! Voila la vocation de la société Neuralink.

Peut-être aviez-vous lu, il y a un peu plus d’un an, mon article sur le sevrage de smartphone. Je pense toujours qu’il faut garder un rapport concret à la réalité qui nous entours, quoi qu’il arrive. On pourrait parler d’ancrage et ce sera certainement le sujet d’un autre article mais c’est vraiment de la relation que chacun entretien avec le réel dont je parle ici. On peut inclure l’utilisation des technologique numériques et digitales dans le quotidien sans problème, le tout est de savoir garder les pieds sur terre.
De ne pas laisser les technologique dicter notre comportement, de ne pas tomber dans le piège des Fake News, de ne pas systématiquement privilégier les stimulations virtuelles aux stimulations sensorielles.

Si vous avez la volonté d’utiliser les technologies digitales et l’informatique pour concrétiser vos projets et réaliser vos rêves mais que vous ne savez comment vous y prendre ou que vous avez une appréhension, un réticence ou un blocage quel qu’il soit…
Si le monde digital vous fatigue ou vous énerve, ce n’est pas forcément irrémédiable!

Prenez contact avec moi dés maintenant :

Je contact Joul en cliquant ici

Le CBD cannabidiol le début du cannabis légal ?

By | Alimentation, Inclassable, Style de vie

Depuis un peu plus d’un mois, on voit fleurir dans notre beau pays de Belgique ?? plein de petits magasins dédiés à la vente de produits dérivés du CBD. Le CBD ou cannabidiol est un cannabinoïde présent en plus ou moins grande quantité dans certaines variétés de cannabis.
(Si nécessaire, vous pouvez cliquer sur ces liens pour comprendre ce qu’est un cannabinoïde et comment ils influencent notre corps. Dans cet article, je part du principe que vous connaissez déjà ces concepts.)

Je vais tenter de couvrir les questions suivantes de manière assez rapide, afin que vous puissiez vous faire votre propre opinion et qui sait, peut-être tester le produit vous-même.

Quel est ce produit CBD ? Que dit la loi, est-il légal d’en vendre, d’en acheter et d’en consommer ? De manière plus concrète, quel est l’effet du produit ? Est-il sans danger ? Est-il utile et efficace et si oui, dans quels cas ?

C’est quoi du cannabidiol  (CBD) ?

Exemple de spectre des cannabinoïdes pour une variété de cannabis riche en CBD

Le CBD est donc un cannabinoïde, une molécule présente dans le cannabis. Le CBD n’est pas psychoactif, contrairement au THC bien connu qui provoque la majeur partie des effets habituels liés à la consommation de cannabis. Les différentes variétés de cannabis expriment chacune un différent spectre de cannabinoïdes, il est donc possible d’obtenir des variétés plus riches en CBD, plus productives, plus résistantes, etc. Avec les procédés d’hybridations, les cultivateurs parviennent à obtenir des variétés très productives en CBD mais restant en dessous de certains taux de THC, ce qui résulte donc en un cannabis non psychoactif mais néanmoins riche en cannabinoïdes alternatifs, aux vertus dites « thérapeutiques ».

A l’aide de procédés d’extractions, les producteurs savent extraire le CBD du cannabis et le décliner en toute une gamme de produits : infusions à boire, baumes, produits cosmétiques, produits alimentaires, gouttes, e-liquide, et bien entendu de l’herbe riche en CBD et pauvre en THC.

Le statut légal du CBD

Cette beuh doit être pauvre en THC pour être légale en Europe et donc en Belgique. Par pauvre en THC on entend moins de 0,2% de THC ce qui est effectivement faible quand on sait qu’une herbe classique contient généralement autour de 15-20% de THC, en pouvant monter jusqu’à 28% pour les variétés les plus fortes.

Il semble donc qu’à l’heure actuelle, il soit possible de vendre légalement des produits à base de CBD en Belgique. Voici un texte de loi Européen qui est d’application : https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:32013R1307&from=FR

« … admissibles que si les variétés cultivées ont une teneur en tétrahydrocannabinol n’excédant pas 0,2 %. »

Tant que le Belgique n’a pas émis un texte de loi contraire à celui-là, il semblerait que les CBD shops soient là pour rester. En France, une mise au point juridique à eu lieu le 11 juin 2018 afin de bien encadrer le commerce de produits dérivés du CBD. La vente de fleurs (donc de cannabis consommable) est par ailleurs interdite en France, même si elle répondent au critères Européens en matière de taux de THC et de production. De ce fait, la vente de produits dérivés du CBD est déjà devenue très compliquée chez nos voisins.

Les effets du CBD

On prête toute sortes de vertus thérapeutiques au CBD mais qu’en est-il vraiment ? Tout d’abord il faut savoir que nombre de ces vertus n’ont pas encore été confirmées officiellement par les recherches scientifiques. Cependant, de nombreux rapports montrent que le cannabidiol a un réel potentiel thérapeutique. Certains l’utilisent avec succès pour contrôler les crises d’épilepsie chez les enfants, d’autres parlent de soulagement des douleurs pour les patients souffrant de sclérose en plaque

Des vidéos assez spectaculaires circulent sur Internet ou l’on peut voir des gens atteint par exemple de la maladie de Parkinson avoir un réel soulagement, temporaire évidement, de leurs symptômes. Des vidéos avec un enfant en pleine crise de convulsions se calmer en l’espace de quelques instant après avoir reçu quelques gouttes miraculeuses. Je vous laisse faire vos recherches si le cœur vous en dit, vous pourrez ainsi juger vous même de l’authenticité de ces vidéos. Personnellement j’en ai trouvé certaines très touchantes, tandis que d’autres m’ont laissé dubitatif.

Voici un petit tableau récapitulatif des effets de différents cannabinoïdes sur la santé :

Source : https://www.swisscannabis.club

Pas loin d’être une panacée, si l’on en croit ce tableau, le CBD à effectivement un énorme potentiel thérapeutique. En tout cas, il devrait être étudié de façon extensive afin d’obtenir des réponses définitives et des applications concrètes !

Mon avis perso sur le CBD

Pour avoir testé à la fois l’herbe en vaporisation et le e-liquide en cigarette électronique. J’ai pu me forger un petit avis sur les effets du produit. Autant au départ l’herbe ne m’a pas convaincu, je l’ai trouvé fort sèche, pas très forte en gout et puis surtout sans effets ! D’un autre coté, c’est normal de ne pas ressentir d’effet vu que ce n’est pas psychoactif… Bref un premier test mitigé qui ne m’a pas vraiment mis en confiance avec le CBD, on pourrait discuter de la qualité du produit mais je crois surtout que c’est moi qui ne savait pas trop à quoi m’attendre.

Un autre jour j’ai eu la chance de pouvoir tester du e-liquide au CBD dans une cigarette électronique spécialement lavée et préparée pour l’occasion. N’étant plus fumeur moi-même, je préfère ne pas ingérer de nicotine car je sais que cela peut me faire avoir des nausées et des malaises (blanchette).
C’est après quelques bouffées de cette e-cigarette que j’ai pu enfin apprécier le CBD et ses effets tellement subtiles. Rapidement j’ai ressenti un petit frisson suivi d’une légère détente probablement un effet placebo… ou pas ! Le restant de cette journée je me suis senti tout à fait en confiance, très peu voire aucune anxiété en moi. J’ai remarqué aussi une augmentation de mon appétit, en temps normal je ressent assez peu la faim. En outre, mon mal de dos chronique, m’a moins dérangé que d’habitude et je n’ai pas pu m’empêcher de penser aux propriétés anti-inflammatoires du CBD.

Je ne voudrais pas tomber non plus dans un excès d’éloges du CBD mais il semblerait bien que le potentiel thérapeutique de cette molécule existe vraiment. Je vous invite, comme toujours, à vous faire votre propre opinion et éventuellement à tester des produits. De mon coté je vais continuer de tester le CBD de temps à autre, j’aimerais prochainement en goûter de façon alimentaire, avec du miel par exemple.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous, je vous répondrai personnellement.

Le cannabis, l’herbe aux cannabinoïdes

By | Inclassable

Dans le dernier article, je vous parlais du système endocannabinoïde du corps humain et de la relation intrigante que nous avons avec cette plante, le cannabis.

Le cannabis, la beuh, l’herbe… La weed ! Faut-il encore la présenter ? Oui, sans aucun doute, car comme avec la plupart des substances psychotropes la quantité d’informations de mauvaise qualité et de désinformation contre-balance largement les bonnes informations. Il est donc toujours compliqué de se forger une opinion complète, saine et éclairée sur ces choses, tant que cette opinion n’est pas partiellement basée sur l’expérience.

Il est évident que tout commence par un travail de recherche, de documentation, ensuite il est question d’introspection et enfin seulement d’expérimentation.

Le cannabis est un végétal complexe. Il existe en plusieurs variétés qui ont chacune leur spécificité. Il y a par exemple les cannabis indica, sativa et ruderalis (chanvre sauvage), chacune de ces sous-espèces disposant de caractéristiques qui lui sont propres. La variété indica donne de petits buisson très riches en cannabinoïdes tandis que la sativa donne de grand plants robustes et fibreux qui ont une très forte croissance.

D’une manière générale, le cannabis est une plante qui s’adapte facilement et qui se reproduit par pollinisation d’un plant femelle par un plant mâle. En effet, la plante dispose de deux genres : femelle et mâle, ce qui permet une hybridation assez simple et des croisements en tout genre. Grace aux techniques de croisement, de nombreuses lignées ont vu le jour ce qui a permis de dédier certaines variétés à différents usages :

  • agricoles et textile (plantes riches en fibres)
  • alimentaire (plantes pauvres en THC utilisées pour produire farine, huile et graines)
  • récréatif (plantes riches en cannabinoïdes, principalement le THC : Δ-9-tétrahydrocannabinol)
  • thérapeutique (plante riche en autres cannabinoïdes, principalement le CBD (cannabidiol), mais aussi CBN, CBC etc).

Comme vous venez de le lire, il existe différents cannabinoïdes qui sont produits par le cannabis. Pour mieux comprendre ce que sont les cannabinoïdes et comment ils agissent sur notre corps, je vous invite à lire cet article sur ce blog. En résumé, les cannabinoïdes sont un groupe de substances chimiques qui activent les récepteurs cannabis présents dans le corps humain et chez les mammifères. Oui, les mammifères disposent d’un réseau de récepteurs cannabis dans leur corps, une affinité physiologique avec cette plante, en quelques sorte.
Un sujet vraiment fascinant, c’est pourquoi je lui ai dédié son propre article.

Dans la suite, je vais vous parler d’un cannabinoide en particulier : le CBD ou cannabidiol qui à le vent en poupe en ce moment en Belgique !

Le système endocannabinoïde

By | Alimentation, Inclassable

Parmi les scientifiques spécialisés, on dit qu’il est « le système physiologique le plus important impliqué dans l’établissement et le maintien de la santé humaine« . Vous savez de quoi je parle ? Du système endocannabinoïde bien sur !

Mais pourquoi personne n’en a entendu parlé ?

Alors quel est ce grand mystère? Il pourrait avoir quelque chose à voir avec la façon dont le système endocannabinoïde (SEC) a été découvert. Dans les années 1990, les scientifiques essayaient de comprendre comment le THC, la substance psychoactive dans la plante de cannabis fait son effet. Ce qu’ils ont révélé était un réseau complexe de récepteurs (CB1) dans le cerveau et le système nerveux central qui correspondaient parfaitement à la molécule de THC.

Peu de temps après un autre type de récepteur (CB2) a été découvert dans le système immunitaire, les intestins et de nombreux organes majeurs du corps. Mais ce n’était qu’une partie du puzzle. La chasse était destinée à déterminer si le corps produisait ses propres produits chimiques de type cannabis et, avec l’identification du premier anandamide endocannabinoïde, ils avaient leur réponse.

Mais à quoi sert ce système ?

Ce que les scientifiques ont réalisé, c’est que le système endocannabinoïde affine la majeure partie de nos fonctions physiologiques essentielles, et leur apporte un équilibre, comme par exemple le sommeil, l’appétit, la douleur, l’inflammation, la mémoire, l’humeur et même la reproduction. Donc, en termes de base, c’est comme un chef d’orchestre, veillant à ce qu’aucune section ne noie l’autre, pour obtenir au final une symphonie parfaitement harmonisée entre le corps et l’esprit.

Intéressant pas vrai ? Ce n’est pas tout, voici 5 faits fascinants au sujet du système endocannabinoïde :

  1. Les humains ne sont pas les seuls à disposer de ce système.

Nous ne sommes pas spéciaux pour ca. Non seulement le système endocannabinoïde est présent chez tous les vertébrés, mais les scientifiques ont également découvert des récepteurs cannabinoïde dans les ascidies de mer non vertébrés, ce qui suggère une évolution vieille de 600 millions d’années.

  1. Les récepteurs CB1 sont les plus abondants de notre cerveaux

La plupart d’entre nous ont entendu parler des neurotransmetteurs – ce sont les produits chimiques qui communiquent des informations à travers le cerveau et le corps. La sérotonine et la dopamine sont peut-être les exemples les plus connus, mais c’est l’anandamide endocannabinoïde, également classé comme un neurotransmetteur, qui a le plus de récepteurs dans le cerveau.

  1. L’augmentation de l’activité du système endocannabinoïde a été notée dans de nombreuses maladies

Comme le mode opératoire du système endocannabinoïde est d’apporter un équilibre au corps, il n’est pas surprenant que les scientifiques aient observé une activité SEC (Système EndoCannabinoïde) élevée dans un certain nombre de maladies. Surtout les maladies neurodégénératives telles que la maladie d’Alzheimer et la maladie de Parkinson, la polyarthrite rhumatoïde et le cancer, ont montré des changements dans les niveaux d’endocannabinoïdes et une plus grande expression des récepteurs. La conclusion qui a été le plus largement atteinte est que cette activité accrue montre que le SEC essaye de remplir son rôle pour un retour du corps à l’équilibre.

  1. Le SEC explique pourquoi le cannabis médicinal a un effet thérapeutique

Avant l’interdiction du 20ème siècle, le cannabis avait été utilisé pendant des milliers d’années pour traiter toute une série de maladies : l’épilepsie, des maux de tête, de l’arthrite, la douleur, la dépression, les nausées… À l’époque, personne ne savait pourquoi la plante avait une telle polyvalence thérapeutique. La découverte du système endocannabinoïde a rapidement jeté une nouvelle lumière sur les effets médicinaux du cannabis.

  1. La plupart des médecins connaissent très peu le système endocannabinoïde

Avec le SEC jouant un rôle tellement central dans notre santé, vous penseriez que tout membre de la profession médicale aurait une certaine connaissance de son existence. Mais en réalité dans la médecine traditionnelle, le système endocannabinoïde reste plutôt un paria.

Dans quelques pays européens tels que le Royaume-Uni et l’Espagne, le SEC fait partie de certains programmes d’études de médecine, on ne peut nier que la majorité des professionnels en charge de nos soins de santé demeurent dans l’obscurité à ce sujet.

? Bonus info intéressante : le lait maternel contient des cannabinoïdes ! En effet, il est supposé que certains de ces récepteurs joueraient un rôle dans la stimulation de l’appétit, sans doute afin de favoriser la transition du lait maternel à l’alimentation solide chez les bébés. Les consommateurs de cannabis récréatif et/ou thérapeutique sont en outre réputés pour avoir des crises de fringale (munchies) occasionnelles et souvent satisfaites de manière épique. (Source)

Pour en savoir plus sur le cannabis ainsi que sur les cannabinoïdes, je vous invite à lire cet article sur ce blog : Le cannabis, l’herbe aux cannabinoïdes.

RGPD / GDPR Quand les données privées deviennent une affaire publique

By | Inclassable, Travail

Vous en avez reçu beaucoup vous aussi ? Ces emails qui nous demandent de nous réinscrire et qui viennent remplir nos boites de réception ces dernières semaines. Parfois on avait même oublié qu’on était inscrit sur une liste !

Question : Qu’est-ce qu’une donnée à caractère personnel ?
Réponse : Tout ce qui permet d’identifier une personne.

Seules les données qui sont traitées par les entreprises dans le cadre de traitements commerciaux et professionnels sont concernées par la GDPR, pas les données personnelles domestiques.

Exemples : Nom, prénom, adresse physique, email, IP, tél, lieu, date de naissance, numéro de sécu, numéro de CB, plaque d’immatriculation, photo, etc. Biométrie : âge, sexe, ADN, empreintes digitales, etc. Idéologie : intérêts, opinions, etc.

➡ 5 grands principes à retenir :

  1. Responsabilisation : c’est à l’entreprise de prendre les mesures nécessaires pour garantir la conformité et pouvoir le démontrer en cas de contrôle
  2. Privacy by design : la vie privée doit être prise en compte dés la conception du produit ou du service, dans le systèmes d’information, les bases de données, etc.
  3. Security by default : le système d’information doit être sécurisé à différents niveaux, contrôle d’accès, systèmes de prévention contre les failles de sécurité, contrôle de l’intégrité, etc.
  4. DPO : Data Protection Officer, délégué à la protection des données au sein de l’entreprise, doit connaitre les différentes questions et problématique liées à la gestion de données à caractère personnelles de l’entreprise, veiller à la conformité et être le point de contact.
  5. Etude d’impact : Avant la mise en œuvre de nouveau traitement de données qui pourraient potentiellement présenter des risques d’atteinte aux droits et aux libertés individuelles, prévoir les mesure destinées à réduire l’impact des dommages potentiels à la protection des données personnelles.

Vous l’aurez sans doute compris, il s’agit vraiment de montrer patte blanche quant au traitement des données à caractère personnel dans l’entreprise.

Beaucoup d’entreprise proposent des packs de mise en conformité à des prix variés… J’ai moi-même effectué des adaptations sur des pages informatives au sujet du RGPD pour plusieurs clients. Il est vrai que l’application de ce règlement à été tellement tardivement médiatisée que bien des patrons de PME ont cherché à se mettre en conformité sur le tard.

Pour que la démarche soit cohérente, j’ai également modifié la page de mon site qui concerne la politique de confidentialité de mon activité : https://joul.be/politique-confidentialite/

D’autre part, le formulaire d’abonnement à la newsletter Joul.be à lui aussi été adapté : https://joul.us10.list-manage.com/subscribe/post?u=905ded097ae586e8ff8b8e5eb&id=ead4e21f70