0
Category

Cannabis

La série Française sur le Cannabis de Netflix

By Cannabis, Divertissement

Le service de vidéo à la demande bien connu Netflix vient d’ajouter une nouvelle série à son catalogue, une série française qui à pour thème, je vous le donne en mile : le cannabis, sa légalisation, sa culture et son commerce.

La série s’appelle Family Business et elle vient tout juste de débarquer sur Netflix le 28 juin 2019. Je vous le dis tout de suite, j’ai adoré la série, non pas tant pour son sujet que parce qu’elle est vraiment bien, sans déconner ! Je ne le dis pas souvent mais là, c’est une très bonne série et française, qui plus est.
Family Business est scénarisée et réalisée par Igor Gotesman.

La boucherie casher d’une famille juive

L’histoire se déroule à Paris, dans une boucherie casher tenue par une famille juive, la famille Hazan. Le père veuf, interprété par Gérard Darmon, a des difficultés à garder le business à flot, son fils (interprété par Jonathan Cohen) enchaîne les galères professionnelles et sa fille (Julia Piaton) s’apprête à prendre le large pour s’éloigner de la famille. Le business familial ne saurait pas se porter plus mal quand une information confidentielle parvient jusqu’aux oreilles de Joseph, le fils : le cannabis va être légalisé en France. Ils vont devoir se montrer inventifs, à l’aide de son meilleur ami d’enfance, afin de convaincre le pater familias de réorienter son commerce et d’être le premier magasin de cannabis légal à Paris : la beuhcherie.

Bienvenue à la Beuhcherie !

C’est de la bonne

Outre sa thématique tout à fait d’actualité : la weed, la légalisation et son commerce réglementé ; Family Business est portée par un très chouette casting. Je trouve que le ton est juste et j’ai parfois franchement bien rigolé. La série parvient également à alterner des moments drôles et plutôt décalés avec des moments plus intenses et prenants.

Un jour, peut-être…

Le sujet est bien traité, les acteurs sont bons, le rythme aussi. On rigole, on est dedans, on stress un peu… Il y a aussi quelques belles surprises et rebondissements, en fait mon seul regret c’est qu’il n’y a que 6 épisodes de 30 minutes.

Je fais tourner !

Bon je vais pas tourner autour du joint, vous aurez compris que je recommande fortement la série Family Business sortie le 28 juin 2019 sur Netflix. Pour tout vous dire je l’ai binge (tout regarder en une fois) tellement j’étais à fond dedans, je ne savais plus m’arrêter.

https://www.netflix.com/title/81010818

Comment la taxe sur le CBD tue les commerces

By Cannabis

À Namur le CBD shop GreenPower va fermer boutique. « Je liquide mon stock et puis j’arrête », annonce le patron du magasin.

D’après le Service Public Fédérale Finances, les produits à base de chanvre « ont toujours été taxables » et la communication du mois d’avril dernier ne fait que rappeler les lois en application. Les CBD shops seraient donc dans l’illégalité depuis le début !

Sur le document émanant du SPF Finances, on peut lire que le cannabis dit « léger », celui qui contient en majorité du CBD et n’est pas considéré comme psychoactif, doit être soumis à la même réglementation que le tabac à fumer. Voici un extrait du document :

« Ces produits destinés à être fumés et dont la teneur en THC est inférieure à 0,2 % sont considérés comme -autres tabacs à fumer- et sont, dès lors, taxés comme tels. Par conséquent, les emballages de ces produits ne doivent pas seulement être munis d’un signe fiscal mais doivent également satisfaire à toutes les prescriptions de la législation en matière d’accise relatives aux autres tabacs à fumer »

Conséquence direct de cette communication, de nombreux CBD shops qui n’ont même pas encore un an d’existence sont contraints de changer de stratégie commerciale, voir même dans certains cas de fermer leur commerce tout simplement.

C’est difficile de continuer à gagner sa vie en vendant du cannabidiol.

La note est très lourde pour les magasins de cannabidiol, on parle de 31,5 % de droits d’accise sur le prix de vente; plus un droit d’accise spécial de 48,3 euros par kilo; plus 21 % de TVA ! Leur marge sur ces produits serait divisée en 3 ou en 4

Un non sens général ?

D’une part, cette réglementation implique aussi que bientôt, tout commerce type tabac pourra également vendre du cannabis « light » au CBD, on pourra donc trouver des produits CBD dans les grandes surfaces, les night-shop, dans les pompes à essence, etc. On voit déjà tout le marketing, les packaging et les publicités racoleuses qui viendront avec, autant de messages contradictoires par rapport à la consommation de cannabis toujours illégale.

D’autre part, une taxe comme produit à fumer permet de facto à tous les acheteurs d’herbe CBD d’en fumer légalement. En terrasse, en rue, chez eux, plus rien n’empêchera un consommateur de se rouler un joint de cannabis (light) et de le fumer en public sans crainte. Si vous ne le saviez pas, ça sent exactement la même chose de fumer une joint de cannabis CBD ou de cannabis traditionnel (THC)… Je vous laisse imaginer la galère pour identifier les fumeurs légaux des illégaux !

Besoin d’une réflexion de fond !

Enfin, on pourrait aussi argumenter que designer le cannabis comme produit apparenté au tabacs revient presque à inviter les gens à fumer. Une absurdité quand on sait que la combustion, que ce soit de tabac, de cannabis ou de tout autre substance produit des particules cancérigènes et qu’il existe d’autres moyens de consommations plus saints, comme la vaporisation par exemple.

Les sites web étrangers* vont se frotter les mains, rien n’empêche de commander en ligne et de se faire livrer. C’est tout à fait légal, seule l’économie de notre pays en pâti.

*Envie de commander ? ➡ https://organic-grams.com

Prévention routière et cannabis

By Cannabis

Si vous roulez en Belgique, vous avez probablement aperçu le long des routes les affiches de la nouvelle campagne de prévention de l’AWSR (Agence Wallonne pour la Sécurité Routière). Cette campagne au visuel popart met l’accent sur la camaraderie, en affirmant que les bons amis s’empêchent de conduire si ils ne sont pas en état.

« Les vrais amis disent : pas en état, tu conduits pas ! »

Une approche pleine de bon sens mais c’est plutôt sur autre chose que j’aimerais attirer votre attention : les deux petits pictogrammes en bas à gauche de l’affiche. Le picto du dessous est une petite feuille de cannabis barrée !

Comme on peut le constater, les campagnes de prévention aussi s’adaptent au comportement des usagers. C’est une bonne chose car il est important de communiquer en accord avec la réalité.

Comme je l’explique dans mon article adressant les préjugés autour du cannabis, si il est clairement moins nocif de pour la santé de consommer du cannabis que de l’alcool, les deux sont dangereux au volant. D’une manière générale, on ne conduit pas si l’on est pas maître de ses moyens, cela vaut d’ailleurs en premier pour la fatigue.

Sur le site de la campagne, on peut lire :

..le cannabis, c’est moins dangereux que l’alcool au volant.

FAUX : avec le cannabis, le risque d’accident en voiture est multiplié jusqu’à 3 fois. Le cannabis altère la vision, l’audition et les capacités de coordination et de réaction. On a l’impression d’être cool et détendu, mais on n’est plus en mesure de réagir correctement aux conditions de circulation, notamment en cas d’urgence. Le risque est encore plus grave si l’on mélange cannabis et alcool : il est multiplié par 100 !

Mais il n’est pas plus dangereux, non plus !

Ce que ce passage n’indique pas, c’est le facteur de multiplication des risques lié à la consommation d’alcool… Sur un autre site, j’ai appris que :

  • 0,5 gr/l d’alcool (~2 verres) dans le sang multiplie les risque d’accident mortel par 2
  • 0,8 gr/l d’alcool (~3 verres) dans le sang et c’est multiplié par 10 !

Pas besoin d’être bon en math pour comprendre que, malgré tout, le risque augmente nettement plus vite avec l’alcool.

Site de la campagne : http://www.tousconcernes.be/campagne/les-vrais-amis/

Soyez responsables au volant,
la sécurité des autres ainsi que la votre en dépend.

Produits à base d’huile de CBD : Arnaque, placebo ou remède ?

By Cannabis, Style de vie

Avec la multiplication des enseignes dédiées au cannabinoïde le plus sympathique (et légal) de tous les temps, le CBD, on est en droit de se poser la question suivante : qu’en est-il de l’efficacité réel et concrète de ces produits ?

Comme souvent dans le sujets émanant du monde du cannabis, les rumeurs, les témoignages, les vrais et les fausses informations viennent se mélanger créant, dans l’inconscient collectif, une fumée épaisse à travers laquelle il est souvent bien compliqué de distinguer une forme de vérité.

Pour rappel, le CBD est un cannabinoïde, une molécule présente dans le cannabis. Le CBD n’est pas psychoactif, contrairement au THC bien connu qui provoque la majeur partie des effets habituels liés à la consommation de cannabis. L’interdiction légale du cannabis étant principalement liée à la molécule THC psychoactive, les cultivateurs ont mis au point des variétés de plantes de cannabis riches en CBD et pauvre en THC. Ceci permet d’obtenir une forme de cannabis non psychoactive légale qui aurait néanmoins certains bienfaits. Lisez cet article pour en savoir plus sur le CBD.

Quels sont les genres de produits dérivés du CBD ?

Parmi les produits les plus rependus on trouve : les gouttes CBD d’huile concentrée, les capsules CBD (souvent remplies d’huile également), la pâte de CBD, les baumes CBD et crèmes pour la peau, les e-liquides CBD pour cigarettes électroniques et enfin les cristaux de CBD purs.

Mais ce n’est pas tout, on peut aussi découvrir des produits destiné aux animaux domestiques, des compléments alimentaires varié, des sucettes, des bonbons, des produits nettoyants… un peu tout et n’importe quoi tant qu’on peut mettre du CBD dedans!

Et l’efficacité du CBD dans tout ça ?


En soi, le CBD n’a pas vraiment d’influence sur les processus physiologiques normaux. Cependant, lorsque le système d’endocannabinoïdes du corps est stimulé, par exemple par une douleur ou une réaction de peur ou de stress intense, le CBD devient actif et met en marche le système d’endocannabinoïdes propre au corps pour qu’il produise de l’Anandamide. Ce neurotransmetteur (Ananda en latin, signifie béatitude) fonctionne comme une alarme qui dirige par la suite toute sorte de processus dans notre corps.

Voici les résultats d’une large étude menée par le site HelloMD et le Brightfield Group

  • Le CBD est le plus souvent utilisé pour traiter l’insomnie, la dépression, l’anxiété et les douleurs articulaires.
  • 42% des utilisateurs de CBD ont cessé d’utiliser les médicaments traditionnels et utilisent maintenant du cannabis à la place.
  • 80% des utilisateurs de CBD ont trouvé que le CBD était très ou extrêmement efficace pour leur traitement.
  • 90% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles achèteraient des produits à base de marijuana contenant uniquement du CBD.

Source : https://www.hellomd.com/health-wellness/5980e279f15fe13b757557d3/largest-cbd-usage-study-published-by-hellomd-with-brightfield-group

Une fois encore, je vous inviterai à vous faire votre propre opinion la dessus. Beaucoup de gens sont convaincus des bienfaits et les chantent sur tous les toits se basant uniquement sur leurs expériences personnelles… Les interdictions légales autour de cannabinoïdes ont ralenti la recherche depuis 30 ans mais les temps changent, les lois changent et la science progresse. Dans quelques années tout ceci deviendra de plus en plus clair et les mentalités s’adapterons!
Il ne faut certainement pas crier au remède miracle ou à la panacée.

Il faut surtout que cesse l’hypocrisie générale autour de cette plante fascinante qu’est le cannabis!

Le cannabis et son action sur les cellules cancéreuses

By Cannabis, Style de vie

On peut entendre ou lire parfois que le cannabis guéri du cancer, ni plus ni moins. Avec des articles qui poussent à droite à gauche avec des titres comme « LE CANNABIS AIDE-T-IL LES PATIENTS ATTEINTS DE LYMPHOME ? », « Le Cannabis soigne le cancer et les gouvernements le savent » ou encore « 82 études de l’efficacité du cannabis contre le cancer », comment ne pas songer à la panacée? On peut parfois aussi lire exactement l’opposé : « Le cannabis multiplie par 2 le risque de cancer du testicule »…
Alors finalement qu’en est-il? Le cannabis a t’il une action sur les tumeurs, sur les cellules cancéreuses?

Entre Fake News et vrai information, il est souvent compliqué de se forger une opinion éclairée sur quel que sujet que ce soit de nos jours…

Ce qui est clair c’est que d’une part, de très nombreuses personnes témoignent du traitement de leur cancer par le cannabis. D’autre part, de plus en plus de produits dérivés du cannabis et dédiés au traitement du cancer voient le jour, on peut notamment citer la célèbre huile de Rick Simpson (RSO). Sur son site http://phoenixtears.ca/, ce dernier vous donne la recette pour fabriquer vous-même votre propre remède miracle. Le même qui l’a lui-même sauvé lorsqu’il était atteint d’un cancer du visage lié à l’amiante…

Au sujet de l’action du cannabis sur les cellules cancéreuses (plus spécifiquement du THC, la molécule psychoactive présente en grandes quantités dans le cannabis de qualité), voici les mots, traduits de l’anglais, d’un biochimiste qui mène de recherches dans ce secteur.

« Lorsque le THC se connecte au site du récepteur des cannabinoïdes CB1 ou CB2 sur la cellule cancéreuse, il induit une augmentation de la synthèse de céramides menant à la mort cellulaire. Une cellule normale ne produit pas de céramide lorsqu’elle est proche du THC; par conséquent, elle n’est pas affectée par le cannabinoïde.La raison pour laquelle la cellule cancéreuse meurt n’est pas due aux produits chimiques cytotoxiques, mais à un léger changement dans les mitochondries.

Le rôle de la mitochondrie au sein d’une cellule est de produire de l’énergie pour celle-ci. Au fur et à mesure que le céramide est produit, il fait remonter le rhéostat sphingolipide. Cette production augmente la perméabilité de la membrane mitochondriale au cytochrome C, qui est une protéine essentielle à la synthèse de l’énergie. Le cytochrome C est ensuite poussé hors des mitochondries, ce qui tue finalement la source d’énergie de cette cellule.

La présence de céramide ne laisse aucune possibilité de survie des cellules cancéreuses. En effet, il provoque un stress génotoxique dans la cellule cancéreuse qui génère une protéine appelée p53, qui perturbe le métabolisme du calcium dans les mitochondries. Le céramide perturbe également le système digestif de la cellule, qui produit des nutriments pour toutes les fonctions cellulaires et inhibe activement les voies de survie.

L’accumulation de céramides dans le système est la clé du processus anticancéreux. Cela signifie qu’en prenant un extrait de cannabis riche en THC (avec un minimum de 55% de THC), le patient maintiendra une pression métabolique constante sur une période donnée pendant le processus de mort des cellules cancéreuses. »

Source : https://www.facebook.com/darren.s.miller.9/posts/10217499426704855

Avez-vous su en tirer un enseignement? Pour ma part, je ne suis en aucun cas un scientifique ou un professionnel de la santé mais je comprends malgré tout en lisant ceci que le cannabis à une action SPÉCIFIQUE sur les cellules cancéreuses, qu’il y a effectivement une interaction entre le THC et les cellules problématiques et pas avec les cellules dites saines.

Si les déclarations de ce scientifique vont dans le sens d’une validation des propriétés anticancéreuses du cannabis, il est aussi important de se rappeler qu’à l’heure actuelle aucune étude de grande ampleur n’a été mené pour étudier les effets du cannabis sur le cancer. Il faut donc toujours prendre du recul sur toutes les informations reçues, se poser les bonnes questions et faire des recherches si nécessaires. Ceci vaut bien entendu également pour cet article!

Il faut également se méfier de la profusion de témoignages convergeant dans une même direction. On pourrait avoir tendance à s’y fier aveuglément, se disant que que si autant de personnes disent la même chose, c’est forcément juste. Il n’en est rien! Une personne n’est pas l’autre, chaque métabolisme est unique. Il existe, en outre, de nombreuses de variétés de cannabis différentes, ainsi que de nombreuses façon d’en extraire les propriétés… D’où l’importance des recherches scientifiques dédiées.

Illustration de Adam Simpson