0

Le titre d’un livre de Haldous Huxley (Le Meilleur des Mondes).
Un livre qui a inspiré bien des esprits et des aventures.
Par exemple le groupe de légende The Doors, qui à choisi son nom en référence à ce livre. Le titre du livre lui-même est emprunté à un poème de William Blake : The Marriage of Heaven and Hell.

Ce roman raconte le voyage psychédélique (trip) sous mescaline de Aldoux Huxley. Alors qu’il pensait littéralement halluciner de merveilleux paysages colorés, il constate que seule sa perception du monde est altérée, ce qu’il imputera dans un premier temps au fait d’être, selon ses termes, un « piètre visualisateur« .

La révélation de l’expérience

Un cactus Peyotl contenant la mescaline

Un beau jour de mai 1953, un peu moins de deux heures après avoir consommé de la mescaline, sous supervision d’un ami expérimenté et de sa femme, il décris le vase de fleurs qu’il observe face à lui : « Je voyais ce qu’Adam avait vu le matin de sa création – le miracle, d’instant en instant, de l’existence dans sa nudité« .

A la question « est-ce agréable ? » il répondra « Ni agréable ni désagréable. Cela est, sans plus« . Son état psychologique à ce moment semble s’approcher du concept Hindou de Satchitananda (« vérité, conscience, félicité »), ou du concept bouddhiste de Tathatā (« Telle quelle », la vraie nature de la réalité à un moment donné).

« Si les portes de la perception étaient nettoyées, toute chose apparaîtrait à l’homme telle qu’elle est, – infinie. »

« If the doors of perception were cleansed every thing would appear to man as it is, infinite »
– William Blake

Le livre se poursuit avec les réflexions de Huxley sur le sens profond de son expérience psychédélique. Il remarque que l’envie de se dépasser, de devenir le meilleur soi, est universelle à travers les époques et les cultures. Il pense que de meilleurs « portes », plus saines que l’alcool et la nicotine, sont nécessaires pour la transcendance de la condition humaine.

Il conclut que l’expérience psychédélique n’est ni illumination, ni vision béatifique mais plutôt une « grâce gratuitement donnée » (terme utilisé par St Thomas d’Aquin dans la Somme Théologique), un forme de cadeau céleste.
Cette expérience n’est pas nécessaire mais utile, surtout pour les intellectuels qui peuvent, d’après lui, devenir esclaves des mots et des symboles.

Enfin, Huxley soutient que la personne qui vit cette expérience sera transformée pour le meilleur.

Le concept qu’il me semble intéressant de porter à votre attention est celui, précisément, des portes de la perception, en tant que telles. Cette frontière invisible entre ce que nous percevons à chaque instant et ce qui passe inaperçu. Comme le disait si bien Alan Watts :

« Notre conscience ordinaire quotidienne ignore plus de choses qu’elle n’en perçois. »

« The ordinary everyday consciousness that we have leaves out more than it takes in. »
-Alan Watts